Mani

Paris, une boulangerie, des patisseries, un chef étoilé, des racines Corse: en voilà de bons ingrédients pour une recette réussie.

Le résultat de tout ça c’est Mani la nouvelle boulangerie-pâtisserie du Chef Corse, Romuald Royer, qui s’est installée cet été à la sortie du métro Miromesnil.

Mesdames et messieurs, les businessmen/women du quartier, accrochez-vous, cela pourrait devenir votre nouveau QG du goût(er).

20140905_143228

Toutefois je tiens à préciser que l’appelation « Boulangerie-Pâtisserie » un peu classique serait trop réductrice pour cet endroit à part.

En effet, chez Mani, il y a certes du très bon pain et des très bonnes patisseries mais c’est surtout et avant tout de la « nourriture terrestre » comme ils disent :  des sandwichs ultra-frais revisités (le jambon-beurre de cornichon par exemple ! Un 10/10), des burgers délicieux notamment celui au poulpe et à l’encre de seiche pour les plus aventuriers, un tartare coupé au couteau à emporter pour les fins connaisseurs, des paninis de chef, des salades exotiques, bref que des bons produits qui ravissent nos papilles.

20140905_143303

Finalement, c’est un peu la boulangerie de luxe que l’on a toujours rêvé d’avoir à côté de son bureau.

Et cerise sur le gateau: c’est haut de gamme mais abordable. Les produits sont frais et de qualité, travaillés sur place par les cuisiniers, que vous pouvez voir s’affairer en cuisine à travers la baie vitrée. Même la déco est inspirée, ce qui n’est généralement pas l’atout des boulangeries à la française.

20140905_143236

Et ils ont même des formules pour le midi : « la légère » (pas si légère que ça) avec un sandwich, wrap, ou salade, une boisson et un dessert pour 12€, ou « la solide » pour les gros mangeurs et les fans de burgers à 17€.

20140905_143240

En somme c’est le lieu idéal pour la pause déjeuner des fin gourmets qui sont pressés, et je pense que ça ne manque pas dans le quartier. Ou même pour les gourmands qui veulent plus qu’un pain au chocolat pour leur goûter.

 

Croyez moi ça vaut le détour, mais foncez-vite avant que tout le monde se l’arrache.

 

 

Salades et tartares : 6,90€

Sandwiches / paninis /wraps : 6,90€

Burgers : 12€

Patisseries : entre 3,80€ et 4,50€

Mani

31 Rue de la Boétie- 75008 Paris – Métro Miromesnil.

Publicités

Soul Kitchen

Vous faites visiter le sacré coeur pour la énième fois à un pote en visite à Paris mais vous n’avez pas envie de vous poser dans un de ces cafés pour touristes on ne peut moins authentique qui l’entourent?

Pas la peine d’aller très loin, adossé aux escaliers de la butte, Soul Kitchen est LE petit coffee shop du 18ème où il fait bon se ressourcer loin de la foule.

photo 4c

Un comptoir, 3, 4 tables, des meubles chinés par-ci, par-là, c’est le genre d’endroit sans prétention qu’on rêverait d’avoir en bas de chez nous!

photo 1

Les muffins, les cookies ou les scones ne sont qu’une infime partie de ce que les demoiselles aux fourneaux savent faire. Le midi elles mitonnent un service au petit soin: Tarte poireaux, petit pois et magret fumé; crème de carottes aux noisettes et crouton de parmesan ou encore les mac’n’cheese à la française. Ces petits plats, aussi réconfortants que l’atmosphère de cette dinette, sont concoctés à partir de produits choisis avec soin et souvent bio. Le tout est servi dans la jolie vaisselle de chez Bloomingville que l’on peut s’offrir sur place

N’oubliez pas de jeter un oeil au tableau noir au dessus du comptoir, tous les jours un nouveau défi est à relever pour tenter de gagner une de leur délicieuse madeleine. Prêt à faire le tour de la salle avec un livre sur la tête? A passer votre commande en mimant? Ou à chanter 4 chansons de la compagnie créole?

photo 5

photo 2


photo 3c

photo 3

Menu: 12,50€ le midi

Chocolat chaud: 4,8€

Pâtisserie: entre 3€ et 5€

Soul Kitchen – 33 rue Lamarck – 75018 Paris

Le Valentin

Sous les verrières d’un des célèbres passages couverts Parisien, on fait du lèche-vitrine à l’abri des intempéries. Dans ce lieu hors du temps, on tombe sur un salon de thé au charme désuet. La vitrine du Valentin, où les pâtisseries haut de gamme sont exposées comme des petites oeuvres d’art, attire le regard des passants. On les dévore d’abord des yeux, avant de se décider à rentrer pour les engloutir. La salle basse n’est pas très grande et les tables sont installées à côté des vitrines, au milieu de toutes les tentations. Une seconde salle est aménagée à l’étage où tapisserie aux murs, tables en bois recouvertes des brûlures des théières et vue sur la verrière extérieure nous font voyager dans le temps.

IMG_1947

Partenaire de Valrhona, on peut goûter des créations chocolatées originales comme la tarte au chocolat blond (oui oui blond pas blanc) que j’ai choisi de tester. Ma découverte de ce chocolat d’un nouveau genre aux arômes de biscuit et de caramel est un peu entravée par la couche croustillante de praliné qui décore ma tarte et qui en couvre un peu le goût. On sent par contre toutes les saveurs du Jouffroy, un gâteau à la crème pâtissière et meringue à l’italienne, recouvert d’une couche de caramel et d’éclats de noisettes.

IMG_1946

Le large choix de délices sucrés peut mener la vie dure aux indécis, mais il faut se décider vite puisque la pâtisserie est souvent prise d’assaut aux alentours de 16h et la vitrine si alléchante se vide rapidement.

Amateurs de thé, la carte s’étale sur 3 pages et les arômes sont variés et parfois surprenants. Pour les moins téméraires le classique chocolat chaud (ou même viennois) clôturera cette escapade gourmande à la « Tour des Délices », nom d’origine de la boutique.

Pâtisserie entre 5€ et 6€

Boisson chaude entre 4€ et 6€

Le Valentin – 30-32 Passage Jouffroy – 75009 Paris

Merce and the Muse

Elle parle anglais et vous sert un goûter comme à la maison. La gérante de Merce and the Muse a transformé son petit coffee shop en un chez soi cosy que l’on a pas envie de quitter. Pas beaucoup de place, donc mieux vaut venir peu nombreux pour lire une des revues mises à disposition dans le petit coin aménagé pour déguster les douceurs de cette américaine débarquée à Paris. Carrot cake, sablés, cookies… tout est fait maison pour le plaisir de nos papilles. Mais le must pour moi reste le chocolat à la lavande: Crémeux et fait avec du vrai chocolat, il laisse un surprenant mais délicieux arrière goût en bouche. Ca nous change de la poudre Nesquick trop souvent utilisée dans les cafés de la capitale! Côté déco, un comptoir en bois tranche avec les briques blanches aux murs et nous transporte instantanément du côté de Brooklyn.

On y va à 2 ou 3 avec ses bonnes potes pour une pause gourmande où l’on ne se lasse pas d’écouter papoter les autres clients dans pleins de langues différentes.

Merce and the Muse – 1 bis rue Dupuis – 75003 PARIS